Présentation

Présentation

Après des études de droit à l’université Paris XI, c’est tout d’abord vers l’entreprise que va se tourner Maître Yannick LUCE. Ses activités de membre puis de dirigeante de la Jeune chambre économique de Versailles ne sont sans doute pas étrangères à cette inclination.

En tant que cadre dans une entreprise liée à la grande distribution, ensuite dans le luxe, puis enfin dans une compagnie d’assurances, sa personnalité se forge et peu à peu s’affirment des convictions propres et des ambitions.

En effet, ce sont ses qualités de juriste qui sont sollicitées et plébiscitées, principalement dans la rédaction des contrats et les négociations avec les services juridiques des entreprises partenaires ou adverses.

A la faveur d’une rencontre avec d’anciens maîtres de stage, les avocats François BIZET et Michel KRASSILCHIK (Paris 7ème), sa passion du droit va prendre un nouvel élan, franchir un nouveau cap : décision est prise de faire de cette passion un métier.

D’où l’examen et la réussite, l’entrée à l’Ecole du Barreau de Paris en 2001 et la prestation de serment en 2002.

Plus qu’un métier

Dorénavant auxiliaire de justice, son rôle est d’assurer la protection des libertés individuelles, des droits fondamentaux, conseiller les entreprises et orienter les professionnels. Autant de compétences vouées au maintien de l’Etat de droit.

C’est une avocate en phase avec le monde, ancrée dans la réalité de l’époque, qui se propose d’assurer votre défense et de porter votre voix.

Auxiliaire de justice : celui-ci peut vous éviter d’avoir à passer devant le juge. A cet effet, le cabinet peut rédiger avec vous : une convention de séparation, acte juridique au moyen duquel un accord entre conjoints est trouvé ; une convention parentale, acte juridique par lequel sera organisé l’exercice des droits de chacun des parents, pour les couples non mariés ou séparés etc…

Ces types d’accords non officiels – en ce qu’ils ne sont pas homologués par un juge  – ont valeur de contrat, et le plus souvent, apaisent les tensions et désamorcent les conflits. Si tel n’est pas le cas, le cabinet vous accompagnera pour saisir le juge. Il lui appartiendra d’entériner l’accord pour lui conférer “l’autorité de la chose jugée”.

Le cabinet vous présentera toutes ces alternatives afin que vous disposiez pleinement des outils juridiques garantis par la Loi.